Présentation



  • Un peu d’histoire
     

François Villon ! Personnage mystérieux, à la fois poète et bandit, clerc et courtisan, universitaire et pilier de taverne.
Si on arrive à peu près à situer ses origines (1431 ou 1432 ?), nul ne sait affirmer son véritable nom (François des Loges, de Montcorbier, de Montherbier ?), ni où, ni quand, ni comment il est mort.

Les coquillards de Villon

 


"Les Coquillards" étaient une célèbre bande de brigands qui vivaient entre autres lieux dans les forêts de Bourgogne.
Ils seraient à l’origine de l’argot (le jobelin). L’un de leurs chefs surnommé « Roi de la Coquille » fut jugé à Dijon en 1455. Cet épisode fâcheux ne les a guère atteints puisque beaucoup plus tard, il fallut juger un autre célèbre Coquillard : Cartouche !

 

  • Quid sumus ?

Les Coquillards de Villon composent une association 1901 regroupant des passionnés du Moyen Age qui s’attachent à recréer et à interpréter les faits et les gestes quotidiens de tous ceux et celles qui auraient pu côtoyer François Villon tant à l’Université que dans les cabarets sordides, aussi bien à la cour de Charles d’Orléans que dans les prisons de Meung.

Essentiellement civils, on y trouve le clerc érudit et calligraphe, le ménestrier et les instruments de musique du jongleur, des faux pèlerins vrais francs-mitoux, des joueurs des tapis francs (cabaret mal famé) ou un franc-archer tire-au-flanc.

On y fait le service de table "à la bourguignonne" et on y joue au Kubb et au "cassez la noix". Le bain des bambins est l'occasion de parler toilette et beauté, du savon d'Alep et du dentifrice à base de poudre d'os de seiche et de feuilles de menthe.

Les Coquillards ne sont plus cachés dans les forêts de Compiègne ou de Dijon mais se sont installés dans l'Essonne (Villebon/Yvette - 91)

  • Notre démarche

Nous avons à cœur d’être le plus authentique possible. Cependant nous n’entendons point le latin et lisons mal le vieux français. De plus, nous n’avons point d’historien dans nos rangs.

Force nous est de faire confiance à nos aînés et nous nous appuyons alors sur des sources secondaires pour confirmer tout ce que nos yeux comprennent de l’iconographie qui nous est accessible.

Faute de pouvoir être de véritables reconstitueurs, nous nous efforçons d’être des interprètes les plus fidèles possible de cette partie de notre histoire qui nous passionne.



©Copyright 2007 - Les Coquillards de Villon -Tous droits réservés. Association 1901 n° 0913013577