La toilette du visage et du corps au Moyen-âge

By 02 May 2022

Les secrets de beauté ne datent pas d’hier. Depuis l’époque médiévale, il existait certaines astuces pour paraître jeunes et beaux. La cosmétique à l’époque, bien loin d’être rudimentaire, se basait sur des méthodes simples et naturelles qui étaient très plébiscitées. Voici tout ce qu’il y a à savoir sur la toilette du visage et du corps au Moyen-Âge.

hygiène moyen-age

Les soins et l’hygiène

Beaucoup pensent à tort que la propreté était négligée à cette époque. Au contraire, l’hygiène corporelle occupait une place importante pour les hommes et les femmes, quelle que soit leur classe sociale. Chacun faisait l’effort de garder une certaine hygiène, du moins autant que sa condition le lui permettait. Cela passait soit :

  • par des bains publics,
  • des ablutions quotidiennes
  • des bains dans une baignoire.

L’eau courante alors inexistante, l’idée de bains publics qui existait déjà depuis l’Antiquité, a perduré au Moyen-Âge. Ils étaient surtout fréquentés par les classes moyennes. En ce qui concerne les roturiers, ils se contentaient généralement de se nettoyer les mains et le visage tous les matins. Pour la toilette corporelle complète, elle se faisait quelquefois par mois. Il faut tout de même mettre l'accent sur le fait que l'eau chaude était fortement plébiscitée à l'époque. Le bain chaud ouvrait les pores et purifiait la peau pendant une longue période.

La notion de bain quotidien en raison de son coût, n’était connue que des nobles. Des soins particuliers étaient prodigués durant leurs bains. Ils incluaient l’usage d’un savon rudimentaire pour entretenir la propreté de leur corps. La noblesse était soumise à des rituels réguliers pour rester constamment propre de la tête aux pieds. Leur rang social l’exigeait.

Les soins du visage au Moyen-Âge

Pour ceux qui vivaient à l’époque médiévale, le visage devait être harmonieux et refléter la pureté et l’innocence. Les sourcils hirsutes et disgracieux n’étaient pas spécialement appréciés. C’est la raison pour laquelle déjà à cette époque, la notion d’épilation existait. Les sourcils étaient épilés pour dessiner des arcs gracieux. Certaines dames enduisaient même de sang de grenouille les parties épilées afin que les poils ne repoussent pas.

La vie au Moyen-Âge était très influencée par l’Église. Cette dernière n’approuvait pas le maquillage. Il était même considéré comme démoniaque, vu qu’il symbolisait la débauche. Tout ce qui était de nature à embellir s’apparentait à un blasphème. Il n’y avait que le rouge sur les pommettes qui était toléré pour l’aspect virginal qu’il conférait au visage.

Au-delà des soins naturels prodigués pour s’assurer un visage parfait, la beauté passait également par un certain comportement. Les émotions telles que la colère ou la peine n’étaient pas particulièrement encouragées. Ces émotions négatives étaient en effet considérées comme de nature à tirer les traits et donc à enlaidir.

Les secrets pour une belle peau

Les férus de beauté à l’ère médiévale étaient essentiellement jeunes, frais et à la peau laiteuse. L’accent était donc mis sur cette peau afin qu’elle conserve son apparence vermeille. Plus le teint était pâle et plus la personne était conforme à l’idée qui était alors faite de la beauté.

Le teint hâlé n’était pas particulièrement recherché. C’est la raison pour laquelle les femmes protégeaient leur peau en cas d’exposition au soleil. Pour permettre de garder une peau laiteuse, la céruse était très utilisée. C'est une poudre obtenue grâce à du plomb qui fut longtemps populaire au Moyen-Âge. Elle avait pour propriété de blanchir la peau et de masquer les taches de rousseur.

Au Moyen-Âge, la toilette du visage et du corps occupait une place importante dans les habitudes. Ce qui importait était surtout le maintien d’une certaine hygiène de vie pour les populations de cette